Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 12:21

Nombreux sont ceux qui se posent la question : comment l'humusation peut résoudre les problèmes des matières toxiques venues s'accumuler dans nos graisses, nos os, autres tissus...ainsi que des virus et autres germes pathogènes ?

Vous avez raison de vous préoccuper du sort des nappes phréatiques et des rivières car,
lorsqu'on enterre et on incinère nos défunts (les seules pratiques légales actuellement....),
tous les germes pathogènes, ainsi que tous les résidus de médicaments, de pesticides, métaux lourds, perturbateurs endocriniens, conservateurs, ....vont venir s'y concentrer, tôt ou tard, avec des conséquences très graves pour l'avenir des Générations Futures !

Pendant la phase thermogène du compostage, toutes les virus et bactéries réputées pathogènes sont éliminées. Au cas où ils y en auraient quand même dans le sol, il n'y a aucune chance d'arriver dans nos assiettes via les plantes cultivées, après épluchage, lavage et surtout cuisson.


Beaucoup de produits cosmétiques contiennent des produits toxiques qui traversent la peau et une partie de ses produits se retrouvent stockés dans l'organisme. Qu'advient-il des plombages dentaires. Un grand nombre de personnes âgées reçoivent des traitements lourds dans les derniers mois de leur vie. Une grande partie de ces médicaments et traitements contiennent des produits toxiques pour l'environnement et vont donc inéluctablement se retrouver dans la nature par l'inhumation et l'incinération classiques

C'est justement en raison de la présence de tous ces "poisons" qu'il est suicidaire, pour l'humanité, de continuer à enterrer et incinérer nos défunts ! Ainsi que nos autres "déchets" organiques...d'ailleurs !

Que deviendront tous ces "toxiques" lorsque l'HUMUSATION des défunts sera autorisée par les législations ?

Nous vous invitons à lire attentivement ce que nous avons déjà publié sur http://www.humusation.org/questions-fr%C3%A9quentes/

Tout d'abord, les prothèses métalliques et les matériaux non biodégradables (amalgames dentaires,...) seront retirés après quelques mois de maturation avant de passer les os à la moulinette ...

Et, plus il y a de résidus de médicaments, de pesticides et autres polluants dans nos corps, plus il est indispensable de faire appel à la formidable capacité épuratoire d'un super-compost afin de rendre tout cela inoffensif grâce à la micro-faune du sol qui, dans les bonnes conditions de température, d'aération, d'humidité, peut découper tout, en tous petits morceaux, y compris ces molécules qui auraient été, tôt ou tard, se retrouver dans les nappes phréatiques, malgré l'étanchéité en zinc (ou autre...) des cercueils , à cause de la corrosion générée par la putréfaction (cadavérine, putrescine,...) à plus de six pieds sous terre !

Voici la synthèse de l'Expérimentation faite au CARAH en 1999, suite à la proposition du Professeur Joseph Orszàgh et sous le contrôle du Professeur François Serneels, au Centre Agronomique très renommé de Ath :
Compostage de lisier provenant d'un élevage porcins « gavés » aux antibiotiques (21) après imprégnation sur des déchets de bois de construction (traités aux fongicides, peintures au Plomb,vernis, ...) déchiquetés.
Après mise en andins du tas de 70 m³, lors d'une analyse (par chromatographie en phase gazeuse) on ne trouva déjà plus de traces d'antibiotiques après seulement 3 mois (montée en température à 70 °C qui détruit, en plus, tous les germes pathogènes) !
Car la myriade de micro-organismes, bactéries, champignons, provenant de la faune du sol découpent, aussi, ces grosses molécules chimiques, en tous petits morceaux...il en résulte qu'elles cessent d'être nuisibles !
Contrairement à tous les êtres vivant hors sol qui ont la fâcheuse tendance à accumuler en eux ces molécules indésirables et, donc, à les perpétuer sans fin ... !

Par ailleurs, tous les métaux lourds sont rendus "bio-indisponibles" pour les plantes quand ils sont fixés dans les complexes argilo-humiques stables.


Au départ, on avait 2 « déchets » extrêmement toxiques dont personne ne voulait.... !
Seule "solution" pour s'en débarrasser : l'incinération, dans les 2 cas, avec énorme production de CO², dispersion des polluants chimiques dans l'atmosphère et (ou) dans l'eau (via le rejet à l’égout du bain de lavage des filtres, éventuellement placés, sur les gaz d’échappement)

et, pire encore, une "perte totale" pour la régénération indispensable des couches fertiles du sol.
Peu de gens pensaient l'opération « faisable », la plupart croyaient que le compostage n'allait même pas pouvoir démarrer,

avec autant d'antibiotiques, de pesticides et fongicides ... !
Pourtant ce compostage, bien mené, a littéralement « transmutés » ces 2 "déchets," extrêmement toxiques à la base, en Humus sain et vivant, capable de dynamiser naturellement la fertilité des sols qui ont reçu ce véritable « or brun ».
Et, "cerise sur le gâteau" pendant cette phase de transmutation, l'énergie de basse température récupérable (le cœur du tas de compost reste au-dessus de 50°C pendant des mois, pouvant produire de l'eau de 30 à 40°C, sans affecter la production de terreau) dépasse celle obtenue par combustion des matières mises à composter (comme Jean Pain avait été le premier à le constater au début des années 70).

Voir aussi cet excellent article http://www.consoglobe.com/champignons-recycler-plastiques-1703-cg/

L'Humusation, ce nouveau mode de sépulture, plus économique et plus écologique, s'inspire du merveilleux modèle de la forêt pour rendre, correctement, aux couches fertiles de la Terre tous les "restes" de ce qu'elle a produits.
L'HUMUSATION mobilise toute la biomasse disponible pour régénérer les sols afin de favoriser la croissance de nombreux arbres et végétaux.

Offrir son corps, après sa mort, c'est un acte positif et responsable pour contribuer à enrayer le dérèglement climatique !

Partager cet article

Repost 0

commentaires