Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 20:59
 Le maître-achat en matière d’écologie !                 Par JosephORSZÁGH

Savez-vous que :
 
-          chaque individu rejette annuellement avec ses déjections de l’azote pour faire 25 kg de nitrates et du phosphore équivalent à 1,4 kg de phosphates ?
-          cet azote et ce phosphore minéralisés par la station d’épuration asphyxient nos rivières (eutrophisation) et que les boues d’épuration polluent nos réserves d’eau souterraines ?
-          pour ramener la teneur en azote dans les eaux issues de nos W-C à la valeur maximale admissible, il faut 600.000 litres d’eau pure par an et par personne ? On pourrait faire flotter une péniche dans l’eau polluée annuellement par une seule personne utilisant un W-C à chasse d’eau.
-          le principe même de l’épuration des eaux domestiques est incompatible avec le concept du développement durable en raison de la destruction de la matière organique qui fait partie intégrante de la biosphère ?
-          25 à 35% de l’eau consommée par les ménages passe par les chasses des WC ?
 
La conclusion logique de ces faits est que nos déjections (pas plus que celles de nos animaux) ne doivent en aucun cas être rejetées dans l’eau. Notre alimentation vient de la terre et nos déjections doivent obligatoirement y retourner, mais après une préparation judicieuse. C’est ce qui fait dire aux spécialistes en développement durable que
 
http://bonne-eau-bonne-terre.over-blog.com/article-la-toilette-seche-a-litiere-biomaitrisee-video-par-joseph-orszagh-104636520.html
la démarche individuelle de loin la plus efficace pour la protection de l’eau et de l’environnement est l’usage d’une toilette sèche correctement conçue.
   
 
Toilettes sèches
toilettes sèches
Modèle : Joseph Orszagh
 
            Utiliser une toilette sans eau n’est pas uniquement une question d’économie d’eau, pas même une question de réduction de la pollution, mais avant tout une étape importante pour réintroduire nos déjections dans l’écosystème agricole qui produit notre alimentation. La destruction de nos déjections sous prétexte d’épuration (même par lagunage) constitue une rupture des cycles naturels de l’azote et du phosphore. Nous sommes presque 7 milliards et l’azote contenu dans les déjections humaines représente 40 % de l’azote utilisé dans l’agriculture mondiale. A terme, nous ne pourrons plus nous permettre le luxe d’envoyer nos déjections dans l’eau pour les transformer en pollution (même par les meilleurs systèmes d’épuration...!).  
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires