Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 09:08


Christine.jpg

Ce qui me paraît être une des raisons de l’égarement de nos comportements tant individuels
que sociaux, et ce qui nous conduit aujourd’hui hui à nous interroger sur nos modes de vie, d’éducation, de santé, tient je pense essentiellement à une erreur de ” visée” … une erreur de direction :

Nous avons donné la prévalence au mental sur le cœur… et nous nous sommes égarés.

S’il ne faut pas nécessairement remettre en question, toutes nos avancées technologiques, intellectuelles et savantes, il serait temps d’y faire palpiter un peu plus nos cœurs.

C’est Albert Einstein lui même qui disait déjà :
” Le problème aujourd’hui hui n’est pas l’énergie atomique, mais le cœur des hommes…. »

Il faut reconnaître qu’actuellement, la mise en équation de l’humain, la standardisation des diagnostics et des “protocoles” oublie totalement l’individu, encore plus l’Être, au profit du groupe.

Dans le domaine qui est le mien, celui de la santé, les progrès réalisés ont été prodigieux dans l’infiniment petit:
imagerie médicale, micro chirurgie, ainsi que dans la résolution des pathologies d’urgence: on traite beaucoup plus tôt certaines pathologies et on sauve beaucoup plus de vies… mais la médecine se montre impuissante devant de plus en plus de pathologies chroniques dont l’émergence ne cesse de croître et de plus en plus tôt dans la vie humaine:
polyarthrite, diabète, allergies multiples, déficiences immunitaires etc. etc.

Ces pathologies chroniques témoignent d’un encrassage de notre système, qui trouve ses causes :
soit dans des phénomènes de pollution physiologiques qui ne sont pas pris en cause,
soit dans la négligence de l’impact de nos émotions et états d’êtres sur nos corps.

Beaucoup de pathologies chroniques ont été générées par une alimentation anarchique: celle des animaux
que nous mangeons autant que la nôtre.

Le profit à court terme a fait perdre la tête à l’homme qui s’est par exemple mis à donner à manger à
des vaches des farines d’os broyés de carcasse de moutons… entrainant une maladie neurologique chez l’animal
et ensuite chez l’homme qui s’est nourri de cet animal… et on appelle cela ensuite la maladie de la vache folle !

Je ne crois pas que ce soit la vache qui soit folle, dans ce cas précis, mais bien l’homme…

La suite sur : http://christineangelard.com

Partager cet article

Repost 0
Francis Busigny - dans santé
commenter cet article

commentaires

Goffin Josiane 13/07/2014 19:19

C’est Albert Einstein lui même qui disait déjà :
” Le problème aujourd’hui hui n’est pas l’énergie atomique, mais le cœur des hommes…. »