Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 15:10

Dans l’Antiquité, Hérodote (484 av. J.-C.) et Euripide (420 av. J.-C. – Iphigénie en Tauride) reconnaissaient déjà les bienfaits de l’eau de mer. En 1791, John Lathan ouvre le premier hôpital marin pour traiter les anémies et les maladies infectieuses. Dès le 19ème siècle, les premiers centres de thalassothérapie font leur apparition en Allemagne et en France.
En Orient depuis près de 4000 ans et particulièrement en Inde, les ablutions et nettoyages divers font partie de la toilette et de l'hygiène quotidienne. La douche nasale à l’eau salée ou Jala Néti préconisée par la médecine ayurvédique est également pratiquée par les adeptes de Hatha yoga dont il représente une des 6 actions de purification du corps par nettoyage interne.

Cette douche nasale (« Jala Néti ») est peu connue et peu pratiquée chez nous en Occident pourtant ses bénéfices santé sont énormes. Cette technique s’effectue à l’aide d’un lota rempli d’eau salée tiède à température du corps ou avec du sérum physiologique. Le lota est un récipient à la forme d’un petit arrosoir dont l’embout arrondi s'applique confortablement à l'entrée de la narine. La préparation de l’eau utilisée doit se rapprocher du sérum physiologique, à savoir 9 grammes de fleur de sel par litre d’eau. Pour un adulte, on conseille de mettre 3 décilitres d’eau tiède dans le lota. 34 à 36 °C sont les températures idéales, à cela, ajoutez l’équivalent d’une cuillère à café rase de fleur de sel. Certains naturopathes recommandent d’y ajouter du sel de Nigari ou chlorure de magnésium dans une proportion d’une ½ cuillerée à café rase. Ce produit est récolté sous le sel gris et composé de 98 % de magnésium et de 2 % d’autres oligoéléments. Il est intéressant pour ses propriétés anti-infectieuses et cicatrisantes. Pour les enfants, les proportions doivent être divisées par 2. Mélanger le tout, puis verser l’eau par une narine en inclinant la tête. Pour trouver la position idéale, incliner la tête vers l’avant (le menton contre la gorge) et puis la tourner sur le côté pour que son axe soit plus ou moins à l’horizontale. L’eau ressort ainsi par l’autre narine sans couler dans la gorge. Faites couler la moitié de l’eau contenue dans le lota. Répéter l’opération pour l’autre narine en tournant la tête de l’autre côté. Terminer par de fortes expirations par les 2 narines, bouche fermée afin de bien les sécher. Cette douche nasale permet de nettoyer les cavités nasales et les sinus de manière bien plus profonde que par le simple mouchage. Pour être totalement nettoyé, vous pouvez garder 2 gorgées d’eau salée que vous verserez dans la bouche afin de vous gargariser durant quelques secondes. Recracher ensuite l’eau dans l’évier. Il est évident que tout cela se fait au-dessus d’un évier.

Cette technique s’apparente au drainage rhino-pharyngé communément appelé la DRP, que l’on pratique chez les nourrissons qui ne savent pas encore se moucher. En lui introduisant doucement du sérum physiologique dans les narines, cela permet de décrocher les mucosités qui encombrent les voies respiratoires.

Comme se laver les dents matin et soir, ce lavage du nez peu contraignant devrait faire partie de nos soins corporels quotidiens. Ceux qui le pratiquent régulièrement n'en retirent que des bénéfices au niveau de la santé. Ce lavage permet une prévention des rhinites, sinusites et autres troubles ou encombrement des voies O.R.L. Les bénéfices de cette technique seront particulièrement ressentis par les fumeurs, les personnes allergiques ou qui souffrent de sinusites ou rhinites chroniques, les ronfleurs (et à leur partenaire de sommeil), ou encore les personnes atteintes d’anosmie (perte d’odorat). Grâce au jala neti, les problèmes chroniques auront tendance à disparaître, les sécrétions nasales se verront normalisées et l’immunité locale des voies respiratoires renforcée.

Les autres usages de l’eau salée

Un autre usage de l’eau salée est celui du grand lavage intestinal, autre technique pratiquée par les hindous 1 fois par mois. Il s’agit de boire de l’eau tiède salée le matin à jeun jusqu’à ce que l’envie de déféquer se fasse sentir. Cela s’accompagne généralement de postures de yoga spécifiques. En moins d’une ½ heure, le processus de navette toilettes-tasses d’eau peut être amorcé. Il ne faut l’interrompre que lorsque l’eau qui sort est aussi limpide que celle qui rentre. Ce procédé s’accompagne d’une diète appropriée et est contre-indiqué en cas de faiblesse rénale et d’hémorroïdes.

Prendre un bain à l’eau salée constitue un véritable remède antidouleur. L'eau chaude (37-38 °C) a des effets antalgiques bien connus lors de contractures, de crampes ou de douleurs articulaires. L'ajout de sel (en particulier sel de magnésium) à l’eau du bain accroît encore les effets antalgiques de l'eau chaude. Dans votre baignoire remplie d'eau tiède, versez 2 bonnes poignées de sel marin ou/et de sels de magnésium (Nigari, Mer Morte, Epsom, chlorure de magnésium) ou de bicarbonate de soude.

Une eau d’exception : l’eau de Quinton

Il y a peu, il était encore appelé plasma de Quinton en raison de sa similitude avec notre plasma sanguin. En effet, cette eau contient les mêmes proportions de minéraux et oligo-éléments que notre plasma. Elle possède un grand pouvoir épurateur et remplit le rôle d’antibiotique naturel. Elle améliore grandement les échanges cellulaires parce que ses composants sont totalement bio-compatibles. Selon certains scientifiques, cette eau exceptionnelle pourrait même être utilisée lors de transfusion sanguine pour remplacer ce liquide vital.

Carol Panne

Naturopathe

http://www.formationadistance.be/cours/naturopathie/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Camille 29/04/2014 07:37

Je n'ai jamais entendu parler de cette pratique avant aujourd'hui. Mais je pense que lorsqu'il s'agit de bien-être, rien n'est à négliger. Heureusement qu'aujourd'hui les équipements pour hygiène sanitaire évoluent continuellement. Le WC japonais est mon préféré.