>>> Aller directement à l'article

Actus après le 19

  • !!! PETITION chez les cyberacteurs !!! - 23/06
    Cyber@ction relayant l'appel de la CLCV adressée à DGCCRF, DN Sanco, SAIPOL,Unilever France,service consommateur Lesieur, Saupiquet, Carrefour, Association Nationale de l’Industrie agroalimentaire
    Diffusez largement cette pétition !
Dans les médias
  • "Variez les huiles qu'ils disaient !"  - 60 millions de consommateurs - juillet- août 2008 (n°429).
    Conclusion des quelques lignes sur le sujet : "Les producteurs ukrainiens seraient bien bêtes de ne pas continuer à couper, légèrement, leur huile".
  • Salades européennes à l'huile de vidange - L'huma - 23/06 :)
Chez les industriels
  • Unilever - Mise au poin (oui sans t LOL , edit : ils ont corrigé ;) )
    "Au vu de ces analyses, les autorités ont fixé des normes. Tous les produits ne respectant pas ces normes ont été retirés des rayons et sont détruits."
    Le problème étant bien les produits respectant les "normes" qui n'indiquent pas, sur l'étiquette, la présence de cette huile minérale, produit non comestible et "faiblement toxique" faut-il le rappeler.
  • Saipol-Lesieur : Sur le devoir d'information - 23/06
    N'hésitez pas à commenter chez eux, ce qui s'y passe est très intéressant... Ce n'est pas tous les jours que le consommacteur lamba peut s'exprimer directement auprès d'un DG d'une grande entreprise agroalimentaire (à moins que ce soit un service de com ? qu'en-pensez vous ?). Pour information Romain Nouffert a travaillé entre autre pour Unilever, Danone, Castorama, Mattel, Légo... 
  • Réaction de Saipol-Lesieur : "En réponse à vos nombreux commentaires" - 23/06
    Toujours pas de confirmation ou d'infirmation qu'il reste des produits contenant de l'huile de moteur sur le marché (juste que les produits non conformes ont  été bloqués, le problème
    étant bien les "conformes").
  • Réaction de Saipol-Lesieur - 20/06 (date d'ouverture du blog de crise)
    réponse mi-figue mi-raisin de Lesieur qui ne répond pas à toutes les questions mais qui est déjà quelque chose :) Vous pouvez y laisser des commentaires.
    Notez qu'ils auraient pu communiquer sur le sujet depuis la découverte de la fraude, ou après le premier article du Canard Enchaîné du 14/05.
Sur les blogs
*********************************************************************

19 juin

Je tiens à rappeler que selon la DGCCRF, la santé des consommateurs n'est pas en danger. La discrétion autour de cette affaire pose néanmoins questions et la liberté de choix du consommateur n'est pas respectée.

Paternité Gilles Chirolleu
(oui oui la photo
est un peu exagérée,
c'est fait exprès ;) )

C'est une information d'IMPORTANCE à diffuser.

En résumé : Ceux qui ne mangent pas bio (et encore) et qui vivent en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie, à Malte, en Grèce et en Espagne, ont probablement consommé, et consomment peut-être encore, de l'huile de moteur ukrainienne ! Ce, en toute connaissance de cause des industriels... des autorités de ces pays... et de l'Union Européenne. Mieux, cette dernière a, pour l'occasion, autorisé la vente de tous les aliments contenants moins de 10% d'huile de tournesol frelatée (en prenant tooutes les précautions pour garantir la sécurité du consommateur évidemment ). Ben voyons !!

Vous imaginez sans peine le précédent que cela créé. Et ce pour tous les pays européens.

Mais je me demande sérieusement de qui on se f.. et combien de temps vont durer leur conn...

L'huile frelatée pas chère ça arrange tout le monde (enfin sauf le con... sommateur). Et si le seul prix a payer c'est de vendre quand même les produits en diluant un peu plus la sauce, je vois pas pourquoi on se priverai de ces économies ? D'ailleurs ce n'est pas un cas isolé, en avril La Libre annonçait que "les carabiniers ont arrêté vingt-cinq personnes soupçonnées d'avoir mis sur le marché italien sous l'appellation d'"huile d'olive extra-vierge" de l'huile végétale frelatée, dont ils ont saisi 25000 litres, a annoncé un responsable."

On en mange donc certainement depuis un petit temps de l'huile minérale. Mais rassurons nous : "des publications de 2002 ont montré qu'on trouvait des traces d'hydrocarbures dans de nombreux aliments ou matières premières et provenant en partie de l'aliment lui-même mais aussi de contaminations atmosphériques. Les seuils trouvés sont parfois nettement plus élevés que les seuils consentis par la commission européenne" (sources non indiquées, une piste).

Ah bah oui ! C'est sûr, ça rassure tout de suite. Vous savez sans doute que nous aimerions simplement ne pas être pris pour des poubelles à déchets toxiques, aussi limitée et acceptable que soient cette toxicité !?

Le pire c'est que c'est pas fini... Vous êtes peut-être déjà au courant ? Si c'est le cas vous avez de la chance et vous avez de saines lectures :-D car... personne n'en parle. L'affaire a été révélée il y a plus d'un mois par le Canard Enchaîné (article ci-dessous) et, si l'info a été reprise à ce moment là, depuis, plus rien. Au jour d'aujourd'hui (19/06/08), dans Google actus par exemple, on trouve seulement quelques sites d'info alternative ainsi que Le Point. De son côté la CLCV (association Consommation Logement et Cadre de Vie) a lancé un communiqué aujourd'hui sur son site estimant que cette crise est gérée de façon déplorable et demande le retrait obligatoire de TOUS les produits contenant de l'huile frelatée.

Sinon ? Silence TOTAL et assourdissant des médias et des autorités sanitaires. En avez vous entendu parler à la TV (Edit: C dans l'air en a parlé), radio ou la presse ? Vous a-t-on dit quels étaient les produits incriminés ? La Belgique n'étant pas concernée (correction), il est plus "normal", à l'extrême rigueur, que l'on n'en parle pas ou discrètement, mais en France ?

Ah ça c'est le pompon ! Faut pas faire de vagues c'est ça ? D'après Indymedia "le Canard Enchaîné a ensuite publié des notes internes de l'ANIA (Association Nationale des Industries Alimentaires), qui montrent l'envers du décor, comment les industriels vivent la crise, en chiant dans leur froc [sic] et priant que l'info ne soit pas reprise et que le temps efface rapidement cette histoire."

Ils veulent jouer avec nous ? On va jouer avec eux !! Après tout un Buzz ça peut le faire (souvenez vous du Purin d'ortie et du Monde selon Monsanto). Des mails circulent déjà à ce sujet, des forums en parlent.  Comment qu'ils disaient déjà ? Don't hate the media, be the media. Diffusez l'article du Canard Enchaîné ci-dessous, parlez-en autour de vous, envoyez des mails aux sociétés concernées , écrivez à la DGCCRF (23/06 : diffusez plutôt cette pétition). Les médias seront bien obligés d'en parler (il en va de leur crédibilité), puis les autorités de s'expliquer (IDEM) !! Et on les attends leurs explications ainsi que des garanties !! Ne nous laissons pas faire !  Quant à l'image des agroindustriels en question, on s'en tape !

Les sociétés (et toutes leurs marques et sous-marques) concernées selon Le Canard enchaîné, sont "Saupiquet, Unilever (propriétaire de Knorr, Magnum, Fruit d'Or, Miko, Planta Fin, Amora…) mais également Carrefour Promodès et Auchan. Ainsi, on peut trouver cette huile de moteur dans des batonnets de Surimi, du cèleri rémoulade, de la soupe de poisson en conserve, du poisson pané, des paupiettes de veau, du thon et des sardines à l'huile, mais aussi dans la pâte à tartiner chocolatée, le blé pour petit déj', les gauffrettes à la confiture, les barres céréalières et sucrées pour les enfants, les cookies et bien sur la mayonnaise, le tarama, la sauce béarnaise et enfin de la sauce vinaigrette." 150 à 200 références sont concernées. Impossible de savoir avec précision lesquelles !!

Bon appétit ! Les consommateurs bio et boycotteurs des grandes surfaces peuvent se réjouir de leur choix ! Vous savez ce qu'il vous reste à faire pour les autres.

Merci de diffuser l'article du Canard Enchaîné et non le mien ;)

*********************************************************************
Merci de diffuser l'extrait ci-dessous du Canard Enchaîné, publié par Claire et Greg du Plancher des Vaches ).

Achetées en Ukraine, 40000 tonnes d'huile de tournesol coupée au lubrifiant pour moteur ont été distribuées en Europe. Et les produits concernés n'ont pas du tous disparu des rayons français.

Depuis le 5 mai, de mayonnaise, des plats cuisinés, de la vinaigrette industrielle, des conserves à l'huile, etc… préparées avec de l'huile de moteur sont en vente dans les grandes surfaces. Et ce avec la bénédiction des pouvoirs publics et de la Commission européenne. Bien sur, le consommateur n'a pas été informé…

Officiellement, tout commence le 21 avril dernier, quand le groupe Saipol, numéro un français de la transformation des oléagineux et accessoirement propriétaire de Lesieur, prévient la Répression des Fraudes que son usine de Sète, où est raffinée de l'huile de tournesol brute, il y a un sérieux pépin. Une grosse rasade d'huile achetée en Ukraine est farcie à l'"huile de moteur", huile minérale dérivée d'hydrocarbure. Et pas qu'un peu : d'après nos informations, sur 2800 tonnes d'huile apparemment irréprochable, livrées en France, 19 tonnes auraient mieux fait d'aller graisser des rouages et des pistons que des gosiers. Deux jours plus tard, la France informe officiellement ses voisins européens : cette cargaison fait partie d'un énorme lot de 40000 tonnes, qui a atterri non seulement en France, mais aussi aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne. Et c'est tout le lot qui a été trafiqué ! De quoi, pour les escrocs, se faire du beurre : sachant que la tonne d'huile de tournesol brute est vendue 1800 euros et que d'après les confidences d'un fonctionnaire de la Commission européenne, ce sont en tout pas moins de 280 tonnes d'huile de moteur qui ont été introduites en douce dans les containers, les margoulins d'Ukraine ont empoché un bénéfice de 504000 dollars (moins ce qu'ils ont déboursé pour l'huile bidon, certes, mais celle ci coûte des clopinettes).

A partir du 26 avril, la Commission européenne et la répression des fraudes rendent publique l'alerte. Officiellement, l'huile de tournesol frelatée mise en bouteilles et les plats préparés à partir de cette mixture ont tous été retirés des rayons et "n'ont pas atteint le consommateur". Fort bien, mais, au fait combien de lots ont été retirés en tout ? Questionnée par "Le Canard", la DGGCRF, autrement dit, la Répression des fraudes, explique que "compte tenu du nombre d'entreprises concernées, il est impossible d'en connaître le nombre exact". Chez Carrefour Promodès, enseigne qui possède la moité des grandes surfaces alimentaires en France, on admet du bout des lèvres avoir retiré pas moins de… 200 produits concernés !

Bref, tout baigne. Sauf qu'il reste un léger problème : Saipol, la maison mère de Lesieur (laquelle marque a fait répondre au Canard par son agence de com' qu'elle n'était "en rien concernée"), a reçu sa cargaison d'huile frelatée fin février. Et n'y a vu que du feu. Jusqu'à ce qu'un mois plus tard un industriel du nord de l'Europe, destinataire du même lot, l'informe après analyse que quelque chose clochait dans l'huile de tournesol ukrainienne . Et ce n'est qu'un mois plus tard que Lesieur a enfin sonné l'alerte auprès de la Répression de fraudes. La question qui se pose est cruciale : combien de produits assaisonnés à l'huile frelatée ont été conditionnés et commercialisés entre-temps ? Saipol reconnait avoir raffiné l'huile en question pour la vendre ensuite à "une trentaine de clients de l'industrie agroalimentaire" Parmi lesquels on trouve Saupiquet, Unilever (propriétaire de Knorr, Magnum, Fruit d'Or, Miko, Planta Fin, Amora…) mais également Carrefour Promodès et Auchan. Ainsi, on peut trouver cette huile de moteur dans des batonnets de Surimi, du cèleri rémoulade, de la soupe de poisson en conserve, du poisson pané, des paupiettes de veau, du thon et des sardines à l'huile, mais aussi dans la pâte à tartiner chocolatée, le blé pour petit déj', les gauffrettes à la confiture, les barres céréalières et sucrées pour les enfants, les cookies et bien sur la mayonnaise, le tarama, la sauce béarnaise et enfin de la sauce vinaigrette">1 , dont il refuse de citer les noms. Mystère et salade verte. […]

Mais il y a plus sérieux : contrairement à ce qu'ont d'abord assuré la Commission européenne et les pouvoirs publiques français, tous les produits additionnés d'huile contaminés n'ont pas été retirés des rayons. En effet, le 2 mai, la Commission européenne s'est fendue en catimini d'une recommandation autorisant la vente de tous les aliments contenant moins de 10% d'huile de tournesol frelatée. […]

Comme l'admet la DGCCRF dans une note adressée au Canard, le 7 mai, "en l'absence de toxicité aiguë", tant pis pour les mayonnaises et autres petits plats déjà vendus. "Aucun rappel" n'a été effectué .[…]

[Le Canard enchainé, 14 mai 2008]

Plus de détails (chronologiques)

Avril
Mai
Juin
  • Trois tonnes d'huile d'Ukraine bloquée en Bulgarie - 03/06/08 - Romandie
  • Consignes sur les produits contenant de l'huile de tournesol frelatée ? - 04/06/08 - Forum Grande Distribution et Distribution
    "Les gens ont le droit de savoir quels sont ces produits et ils ont le droit de les acheter ou non. Si on leur cache, c'est l'ensemble de la chaine qui parait suspecte. Et il ne faut pas s'étonner que la GD et les industriels aient mauvaise réputation, et qu'on a toujours l'impression qu'on nous ment. "
  • DÉCISION DE LA COMMISSION du 10 juin 2008 soumettant l’importation d’huile de tournesol originaire ou en provenance d’Ukraine à des conditions particulières, en raison d’un risque de contamination par des huiles minérales - UE
  • LESIEUR, AMORA, FRUIT D’OR, SAUPIQUET : ramener au supermarché tous les lots DLUO avril et mai 2009 - 11/06/08 - Radio Galère
  • Lesieur et l'huile de moteur dans votre assiette - 12/06/08 - Belacio (lire les commentaires)
  • De l'huile de moteur dans les produits alimentaires de grande consommation - 13/06/08 - Come4news
    "Quelques constatations s'imposent : le groupe Saipol a importé un produit à bas prix et n'a vraisemblablement pas pris la peine d'en vérifier la qualité, c'est un client qui l'a fait après achat. Le temps de réaction pour prévenir les services concernés est anormalement long, un mois pour constater, un autre mois pour prévenir. Le consommateur n'est pas réellement avisé des différents produits concernés et achètera à son insu des produits contenant de l'huile de moteur pour sa consommation propre, ce qui lui enlève sa liberté de choix en tant que consommateur. Bruxelles réclame un certificat pour l'Ukraine, mais l'huile pourrait tout aussi bien venir d'un autre pays, à ce titre l'on s'étonne que cela n'existe pas déjà et que la mesure ne soit pas appliquée à tout achat d'huile d'où qu'elle vienne. Enfin personne ne mangerait en conscience une huile additionnée d'huile de moteur... Les produits affichent généralement leurs ingrédients, il serait intéressant de trouver sur nos boites de sardines le pourcentage d'huile de moteur utilisée pour leur confection."
  • De l'huile de moteur dans votre assiettes - 17/06/08 - Indymedia Grenoble
  • Bémol sur les hydrocarbures dans nos assiettes - Indymedia Grenoble
  • Du pétrole dans l'huile de tournesol - CLCV (association Consommation Logement et Cadre de Vie) - 19/06/08
    "Depuis quelques semaines, la Commission européenne et le gouvernement français laissent une huile contaminée par des hydrocarbures passer dans la chaîne alimentaire. A petites doses, elle arrive dans nos assiettes à notre insu, mais avec l'aval des pouvoirs publics.
    Cette crise est gérée de façon déplorable. La CLCV appelle la commission européenne et le gouvernement français à ne plus se contenter de simples recommandation vis-à-vis des professionnels et demande un retrait obligatoire de tous les produits contenant de l'huile frelatée : plats cuisinés, mayonnaises..."
  • Carnet de nuit
  • Profil de Saipol sur Transnational (voir aussi ici)

PS. Je publie ça en urgence, je viendrai corriger les fautes, mettre sources complémentaires, smileys malades, joli jerikan et autres goodies dès que possible ;)

Merci à Carine qui m'en a parlé ce lundi
et au forum Ecobioinfo pour me l'avoir rappeler

Les droits d'auteur s'appliquent à toute œuvre de l'esprit, quels qu'en soient le genre, la forme d'expression, le mérite ou la destination. Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur d’autres blogs, forums ou d’autres supports sans l’accord de leurs auteurs. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un articles ou d'un message, à des fins d’information ou de recherches, en citant « Raffa'sblog, le grand ménage. http://raffa.grandmenage.info » et l'auteur (nom réel ou pseudo) de l'article ou du message.

Déni de responsabilité : Les articles de ce blog résultent en général de la compilation d'informations en provenance de plusieurs sources et d'expériences personnelles. Dans la mesure du possible, ils tentent de compiler une documentation exhaustive dont les sources sont citées. Toute personne mettant en application ces renseignements le fait à ses propres risques. Raffa's blog n'assume aucune responsabilité des dommages susceptibles de résulter de l'usage de ces renseignemens. En particulier toute décision concernant un traitement médical devrait toujours se prendre en consultation avec un professionnel de la santé qualifié.